Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TORRENTS D'AMOUR
  • TORRENTS D'AMOUR
  • : Torrents d'Amour coulant du coeur du Père en Jésus-Christ, la Parole faite chair qui a donné sa vie sur la Croix pour nous sauver de nos péchés. Il revient bientôt chercher son Epouse, l'Eglise, purifiée, sanctifiée, mise à part pour son Bien-Aimé.
  • Contact

WebRadio Maranatha77

ECOUTEZ VOTRE WEBRADIO MARANATHA77 de 9h à 23h TOUS LES JOURS SUR LE SITE

WWW.MARANATHA77.COM

Recherche

PREPARONS-NOUS, JESUS REVIENT BIENTÔT

N'AIMEZ POINT LE MONDE, NI LES CHOSES QUI SONT DANS LE MONDE. SI QUELQU'UN AIME LE MONDE, L'AMOUR DU PERE N'EST POINT EN LUI; CAR TOUT CE QUI EST DANS LE MONDE, LA CONVOITISE DE LA CHAIR, LA CONVOITISE DES YEUX, ET L'ORGUEIL DE LA VIE, NE VIENT POINT DU PERE, MAIS VIENT DU MONDE. ET LE MONDE PASSE, ET SA CONVOITISE AUSSI; MAIS CELUI QUI FAIT LA VOLONTE DE DIEU DEMEURE ETERNELLEMENT. 1 Jean 2:15-17.
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 16:06

Par Pierre Desbordes

Êtes-vous « heureux » d’être des enfants de DIEU ou « bienheureux » ?

Cette question se réduit à une simple affaire de traduction et bienheureux ceux qui lisent, ne serait-ce qu’un peu, l’hébreu, l’araméen et le grec » !

Traduire par « bienheureux » ou seulement par « heureux » n’est qu’un choix de traducteur.

En effet les différents mots grecs : makarizô, makarios, (ou makaria au féminin), et makarismos, peuvent tous se traduire indifféremment par « heureux » ou « bienheureux ».

Posons-nous donc la question : Sur quelle base le choix de traduire « heureux » ou « bienheureux » est-il étayé ? Cela ne nous vient-il pas directement du catholicisme ?

Effectivement la structure hiérarchique de l’église catholique a inventé, pour mieux dominer, plusieurs sortes d’individus. Dans cette église il y a, les chrétiens de base, le clergé, les bienheureux et les Saints.

Voici la définition officielle catholique : « bienheureux » Personne dont l’Église catholique reconnaît, par la béatification, la perfection chrétienne en autorisant qu’on lui rende un culte local.

Voici une deuxième question : Un amoureux de la Parole de DIEU peut-il reprendre à son compte cette traduction aléatoire de « bienheureux ou bienheureuse » qui induit plusieurs sortes d’enfants de DIEU ?

Vérifiez, s’il vous plait, dans vos Bibles ! Jamais dans l’AT n’apparaît le mot « bienheureux ».

Également dans la Bible septante, reconnue par tous, en grec et français, les traductions des mots makarizô, makarios, makaria, makarismos, sont toujours le mot « heureux » !

En langues hébraïques : Les mots que nous trouvons dans l’AT traduits par « heureux » sont :

YATAB <03190> traductions possibles « être heureux ».

TOWB <02895> <02896> traductions possibles « bon, agréable »

ESHER <0835> traductions possibles « bonheur, félicité, bénédiction, heureux, heureuse »

SHALOM <07965> traductions possibles « être dans une alliance de paix, être en paix »

YARHAR <03477> traductions possibles « juste, sembler bon, agréable, mieux, sincère, justice, heureux »

SHAANAN <07600> traductions possibles « heureux, tranquille, arrogance, orgueilleux, insouciant »

BARAK <01288> traductions possibles « bénir, s’agenouiller »

TUWB <02898> traductions possibles « biens, meilleur, bonté, bon, bienfaits, bien-être, bonheur, heureux, joie, beau, prospérité

Il n’y a donc dans ces mots aucune notion de quantité : très, beaucoup, bien, fort, qui permettrait d’ajouter un « bien » à heureux pour en faire un « bienheureux ».

Si donc aucun mot de l’AT ne peut se traduire par « bienheureux » nous pouvons être sûr que ni JÉSUS, ni les apôtres n’ont jamais employé ce mot (s’ils l’avaient employé ils l’auraient expliqué puisqu’il s’agirait dans ce cas d’une nouvelle doctrine).

Ce mot de « bienheureux est donc une traduction qui reflète plus l’église catholique que la Parole de DIEU.

Pour preuve, dans le sermon sur la montagne, JÉSUS parlant de ceux qui hériteront le Royaume des Cieux, (ce qui me semble être le summum du bonheur), les décrit comme makarios <3107> « heureux » et non comme « bienheureux »; mot qui n’existait pas à l’époque de JÉSUS. À cette époque, certains pouvaient être : très heureux, bien heureux en deux mots, pleinement heureux, et c’est tout !

Matthieu 13:17, JÉSUS, reprenant la parole, lui dit : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est Mon PÈRE qui est dans les cieux. »

Source : http://pleinsfeux.org

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Silenne 27/02/2014 18:06

Merci ma chère soeur pour toutes ces nuances et ces précisions très instructives.
Prend bien soin de toi durant ton absence.
Que Dieu te bénisse abondamment.
Gros bisous !

fontaine 27/02/2014 08:56

En tout cas, je suis très heureuse d'être son enfant...
Bisous et bon jeudi Joy !