Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TORRENTS D'AMOUR
  • TORRENTS D'AMOUR
  • : Torrents d'Amour coulant du coeur du Père en Jésus-Christ, la Parole faite chair qui a donné sa vie sur la Croix pour nous sauver de nos péchés. Il revient bientôt chercher son Epouse, l'Eglise, purifiée, sanctifiée, mise à part pour son Bien-Aimé.
  • Contact

WebRadio Maranatha77

ECOUTEZ VOTRE WEBRADIO MARANATHA77 de 9h à 23h TOUS LES JOURS SUR LE SITE

WWW.MARANATHA77.COM

Recherche

PREPARONS-NOUS, JESUS REVIENT BIENTÔT

N'AIMEZ POINT LE MONDE, NI LES CHOSES QUI SONT DANS LE MONDE. SI QUELQU'UN AIME LE MONDE, L'AMOUR DU PERE N'EST POINT EN LUI; CAR TOUT CE QUI EST DANS LE MONDE, LA CONVOITISE DE LA CHAIR, LA CONVOITISE DES YEUX, ET L'ORGUEIL DE LA VIE, NE VIENT POINT DU PERE, MAIS VIENT DU MONDE. ET LE MONDE PASSE, ET SA CONVOITISE AUSSI; MAIS CELUI QUI FAIT LA VOLONTE DE DIEU DEMEURE ETERNELLEMENT. 1 Jean 2:15-17.
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 17:18

Le-pardon1.jpg

 

Article de Henri Viaud-Murat.


La « projection » est un phénomène bien connu en Psychologie. Tous les êtres humains pratiquent la projection, le plus souvent sans le savoir! Mais, en devenant des Chrétiens spirituels, nous serons complètement délivrés de ce travers que constitue la projection.


La « projection » est un mécanisme de défense psychologique, destiné à nous soulager à bon compte de nos tensions internes. Pour donner une définition simple de la projection, nous dirons qu’elle consiste à attribuer aux autres, le plus souvent inconsciemment, nos propres désirs, tendances, pulsions ou traits de caractère, surtout ceux qui sont franchement négatifs.


En effet, l’être humain refuse en général d’affronter directement la réalité de certains aspects négatifs de sa propre personnalité. Pour échapper à une situation émotionnelle qui lui serait intolérable, s’il prenait clairement conscience de ces aspects négatifs, il préfère alors les « projeter » sur les autres, c’est-à-dire les attribuer aux autres.


Quand la réalité de ce que nous sommes ne nous est pas supportable, nous préférons attribuer inconsciemment cette réalité à quelqu’un d’autre, afin de ne pas affronter notre propre réalité, et de nous soulager nous-mêmes.


Dans ce sens, la projection peut être considérée comme un mécanisme de défense psychologique. Au lieu de s’accuser soi-même, on préfère accuser les autres.


On projette sur les autres ce que l’on est soi-même, parce qu’on n’a pas, le plus souvent, de solution pour éliminer de notre personnalité les aspects qui nous semblent dévalorisants ou inacceptables.


En fait, on se fait littéralement « son propre film », que nous projetons sur « l’écran » des autres, parce que nous ne voulons pas nous voir tels que nous sommes en réalité.


C’est la raison pour laquelle ce mécanisme de projection est en général parfaitement inconscient. Parce que nous n’avons pas les moyens d’affronter notre propre réalité, de résoudre nos propres problèmes, et d’apaiser nos propres tensions psychologiques, nous nous préférons les « évacuer » en les attribuant aux autres.


Le Seigneur Jésus, dans Sa parabole de la paille et de la poutre, nous a bien montré que nous avions déjà plus facilement tendance à apercevoir les problèmes des autres nos propres problèmes!

« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’oeil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil? » (Matthieu 7: 3).


Prenons quelques exemples pratiques pour illustrer la projection.


Une femme se sent par exemple persécutée et rejetée par son entourage. Elle est persuadée que les autres la haïssent. Elle est en train en réalité de projeter inconsciemment sur les autres le fait qu’elle se hait elle-même, en raison par exemple de fautes graves passées qu’elle ne se pardonne pas. N’osant pas s’avouer qu’elle se hait elle-même, elle va accuser les autres de la haïr, tout en projetant aussi sur les autres la haine de soi qui l’habite.


Un homme, qui a lui-même été incompris et rejeté pendant son enfance, va non seulement finir par accuser les autres de ne pas le comprendre et de le rejeter, mais également tendre lui-même à rejeter les autres et à ne pas les comprendre.


Dans le « coup de foudre amoureux », il y a souvent la tendance à projeter son idéal amoureux sur la personne aimée. Par la suite, la désillusion risque d’être grande, lorsque les yeux s’ouvrent sur une réalité moins glorieuse!


Un mari, inconscient de ses propres tendances dominatrices et de ses propres désirs adultères, accusera, par projection, son épouse de le dominer et de lui être infidèle, alors qu’il n’en est rien en réalité.


Pour la Psychologie, la projection peut comporter certains aspects positifs, par exemple sur le plan de la protection de notre personnalité: en refusant d’affronter des aspects trop négatifs de notre personnalité, nous évitons de subir de graves traumatismes psychologiques, et nous pouvons nous concentrer sur le développement des aspects positifs de notre personnalité.


Mais la projection peut aussi comporter des aspects franchement pathologiques, et aboutir à une véritable paranoïa, et même à des délires hallucinatoires ou de persécution.


Dans tout les cas, les psychologues sont d’accord pour admettre que ce mécanisme de la projection semble absolument universel chez l’espèce humaine. Ils s’efforcent donc d’utiliser ce mécanisme psychologique de manière positive, et de s’en servir comme un outil de « développement personnel ».

En tant que Chrétiens, il n’est pas mauvais de connaître l’existence et l’universalité de ce phénomène de projection psychologique. Cela nous permet déjà de comprendre deux vérités fondamentales.


La première vérité fondamentale, c’est que la projection déforme notre perception de la réalité de soi, mais aussi de la réalité des autres.


Notre faculté de jugement est complètement faussée: nous avons une tendance (humaine et charnelle) à prêter aux autres des sentiments, des pensées et des attitudes qu’ils n’ont pas en réalité. En outre, nous ne sommes pas conscients du fait que nous tendons à attribuer aux autres des aspects de notre propre caractère et de notre propre personnalité. Nous sommes donc incapables de voir la réalité en face. Dès lors, il ne nous est pas possible de réformer cette réalité.


La seconde vérité fondamentale, c’est que la projection nous empêche de nous responsabiliser, pour nous remettre sincèrement en cause devant Dieu. On préfère accuser les autres que s’accuser soi-même. Ce faisant, on s’oppose à l’action du Saint-Esprit, qui veut nous conduire dans toute la vérité, et nous amener à la repentance, en nous donnant une conviction personnelle de péché, de justice et de jugement.


La prise de conscience de ces deux vérités suffit déjà à nous montrer que ce mécanisme de projection représente une arme puissante entre les mains de la chair, pour continuer à exercer son emprise sur notre vie.


La chair, puissance de péché qui demeure dans nos membres, refuse d’être mise à la lumière et d’être remise en cause. Elle fera donc tout pour nous garder aveugles et nous empêcher de prendre conscience de la réalité. La chair ne veut pas que nous prenions conscience de la source véritable des émotions ou des pensées qu’elle nous inspire.


Etant donné que la plupart des Chrétiens nés de nouveau ignorent la réalité de leur vraie nature spirituelle, et qu’ils ignorent aussi la marche par l’esprit, la chair va pleinement profiter de cette ignorance pour les empêcher, dans un premier temps, de prendre conscience de la cause réelle de leurs problèmes psychologiques. La chair va les persuader que leurs problèmes viennent soit de leur « mauvaise nature de péché », soit, de préférence, de leur « mauvais environnement ».


Or un Chrétien né de nouveau ne possède plus une « mauvaise nature de péché ». Il est né de nouveau, et il ne possède qu’une seule nature, sa nouvelle nature en Christ. Mais la chair de péché continue à habiter dans ses membres. Et c’est cette chair qui est la cause de tous ses problèmes, et non sa « mauvaise nature », ni son « mauvais environnement ».


Dans un deuxième temps, même si nous sommes conscients de la cause réelle de nos problèmes psychologiques, et même quand nous nous rendons compte que la cause réelle de nos problèmes est en nous et pas à l’extérieur de nous, la chair va s’efforcer de nous aveugler aux solutions divines de ces problèmes, en nous maintenant dans l’ignorance de l’oeuvre de la croix et de la marche par l’esprit.

Ainsi, nous pouvons dire que plus un Chrétien sera charnel, plus sa perception de la réalité de soi et des autres sera faussée, et plus il aura tendance à faire de la projection psychologique.


En revanche, plus nous grandirons dans l’esprit, plus notre perception de la réalité sera juste, et plus notre jugement sera selon la vérité.


Il peut sembler normal et compréhensible que des hommes qui ne sont pas nés de nouveau, et qui sont des pécheurs par nature, cherchent à éviter de voir leur véritable nature en face, et tendent à projeter sur les autres ce qui caractérise en fait leur propre nature.


Les hommes qui ne sont pas régénérés en Christ n’ont aucun moyen, malgré tous leurs efforts, de changer profondément leur nature et leur personnalité. N’ayant aucune solution pour changer ce qu’ils sont, ils n’ont pas la force d’affronter les aspects les plus « noirs » de leur personnalité.


Refusant de voir en face la laideur morale de leur véritable nature, ils préfèrent donc « noircir » les autres, et leur attribuer la cause réelle de leurs propres malheurs, afin de soulager leur conscience. De cette manière, ils continueront à rester sous l’emprise sournoise de la puissance du péché, sans discerner que cette puissance de péché qui les domine est la cause réelle de tous leurs problèmes.


Toutefois, lorsqu’un homme perdu accepte d’être convaincu de péché, de justice et de jugement, par le Saint-Esprit, et lorsqu’il reçoit Jésus-Christ comme Sauveur et Maître, nous savons qu’il passe aussitôt par une nouvelle naissance spirituelle. Il reçoit, dans son esprit, une nouvelle nature pure et sainte, à l’image de celle du Seigneur Lui-même.


Tout le problème de ce Chrétien né de nouveau, à partir de ce moment-là, consiste, d’une part à identifier tout ce que le péché avait construit dans sa vie passée, afin de s’en dépouiller et, d’autre part, à connaître la réalité de sa nouvelle nature en Christ, afin de s’en revêtir.


Il est clair que la chair ne va absolument pas accepter ce programme salvateur! Elle mettra donc aussitôt en place sa subtile stratégie, pour garder ce Chrétien né de nouveau le plus possible sous son emprise, c’est-à-dire pour le garder dans l’ignorance et dans l’incrédulité.


Nous avons été tellement habitués, dans notre passé de pécheurs perdus, à utiliser le mécanisme inconscient de la projection, pour nous protéger des conséquences insupportables de notre propre péché, que nous allons tendre à avoir toujours recours à ce mécanisme, après notre nouvelle naissance. Et la chair sera ravie de nous « aider » à continuer à projeter sur les autres tout ce qui est encore charnel en nous, et à les accuser de nos propres turpitudes!


Nous resterons ainsi aveuglés à l’origine réelle de nos problèmes spirituels, et nous resterons incapables de résoudre ces problèmes de la bonne manière, c’est-à-dire tant que nous n’avons pas été éclairés par le Seigneur et Sa Parole.


Prenons l’exemple d’un Chrétien charnel, dont la relation avec le Seigneur, par définition, n’est pas bonne. Etant charnel, il aura tendance à manifester un certain nombre d’oeuvres de la chair, que Paul décrit dans Galates 5: 19-21: « l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables ».


Mais il est difficile à un Chrétien charnel de reconnaître qu’il est lui-même à l’origine de ces oeuvres charnelles, parce qu’il a laissé la chair le dominer. Il lui est pénible d’accepter la responsabilité de ses propres négligences et de ses propres fautes spirituelles dans ce domaine. Il ne comprend pas que ses souffrances et ses problèmes spirituels proviennent uniquement de sa mauvaise communion avec Dieu. Il va donc chercher à apaiser cette tension interne en projetant sur les autres la raison de ses échecs et de ses souffrances.


Il ne dira donc pas qu’il souffre parce qu’il a négligé de développer sa communion et sa relation personnelle avec le Seigneur. Mais il dira: « Je souffre, parce que c’est mon entourage qui me fait souffrir! C’est ma femme, ou tel frère, ou mon pasteur, qui est la cause de mes problèmes! »


Nous devons réaliser qu’il s’agit là encore d’une action de la chair, qui peut ainsi continuer à exercer son emprise sur notre vie.


Pour un tel Chrétien charnel, la solution évidente sera alors soit de s’éloigner de cet « environnement hostile », soit d’éloigner de lui tous ceux qui sont prétendument la cause de ses problèmes. Inutile de dire que ces fausses solutions ne feront que perpétuer et étendre l’emprise de la chair sur sa vie!


La vraie solution consiste à recevoir la lumière du Seigneur sur notre état spirituel réel, afin qu’Il nous révèle l’origine véritable de nos problèmes! Ne vaut-il pas mieux une bonne conviction de péché, une bonne révélation de la Vérité, et un bon apprentissage de la marche par l’esprit, plutôt qu’une fuite en avant dans les ténèbres spirituelles?


Il nous est donc utile, en tant que Chrétiens, de connaître l’existence et le mécanisme de la projection psychologique. Cela doit nous permettre tout d’abord d’être infiniment plus prudents, en ce qui concerne les jugements que nous pouvons porter sur les autres. Méfions-nous toujours de ce que nous « percevons » chez les autres, et demandons sincèrement au Seigneur si nous ne sommes pas en train de projeter sur eux ce que nous sommes nous-mêmes!


Connaître ce mécanisme de la projection nous permet aussi de savoir que les sentiments ou les traits de caractère que nous prêtons aux autres peuvent très bien décrire nos propres sentiments et nos propres traits de caractère, dans la mesure où nous sommes encore contrôlés par la chair.


Lorsque nous sommes charnels, nous sommes incapables de juger selon la vérité. Nous jugeons selon l’apparence, selon les inspirations fausses de la chair, et au travers des « filtres perceptuels » qu’elle nous impose. Tandis que l’homme spirituel juge de tout, et n’est lui-même jugé par personne (1 Corinthiens 2: 15). Autant de bonnes raisons de nous efforcer de devenir spirituels!


La Psychologie a encore découvert que ceux qui avaient une forte « estime de soi » (une forte opinion positive d’eux-mêmes) étaient mieux équipés pour s’attaquer aux aspects négatifs de leur personnalité, afin de tenter de les faire disparaître ou de les améliorer.


Cette découverte n’a rien d’extraordinaire, car elle ne fait que mettre l’accent, mais de manière déformée, sur ce que la Bible nous enseigne clairement par ailleurs!


Il n’est donc pas question pour nous d’avoir recours à la Psychologie des hommes pour résoudre nos problèmes spirituels, ni pour « développer ou améliorer notre personnalité »! Mais la Psychologie des hommes peut redécouvrir, même partiellement, une part de vérité biblique. Toutefois, ce dont nous devons pleinement tenir compte, en tant que Chrétiens, c’est de l’enseignement de la Parole de Dieu.

Or, il est bien vrai que la pleine connaissance du « moi nouveau » que nous avons acquis en Christ nous permet indiscutablement de nous attaquer efficacement aux aspects de notre comportement qui sont encore dominés par la chair, afin de les faire disparaître, et de les remplacer par tout ce qui vient de notre esprit régénéré.


Tout d’abord, en tant que Chrétiens, nous n’avons nullement besoin de « développer notre estime de soi »! Pourquoi? Parce que, grâce à notre nouvelle naissance, Dieu nous a déjà donné un nouveau « moi » pur et parfait! Jamais, sur cette terre, nous n’aurions pu rêver atteindre une personnalité aussi parfaite, juste et sainte, même si nous avions passé des années et des siècles à utiliser toutes les méthodes psychologiques de « développement de soi »!


Par Sa grâce, le Seigneur Jésus nous a fait naître de nouveau, et nous a accordé une nouvelle personnalité semblable à la Sienne!


Une fois que nous le savons, que nous le croyons, et que nous nous sommes identifiés à notre nouveau « moi » en Christ, nous pouvons dire que notre « estime du nouveau moi » est parfaite! Car, en nous estimant à notre vraie valeur, en ce qui concerne notre nouvelle nature, nous estimons par là l’oeuvre de Christ à sa vraie valeur!


Combien le Seigneur, par la grandeur et la perfection de Son oeuvre, ridiculise une fois pour toutes les pauvres et misérables méthodes humaines pour « améliorer » et « perfectionner » notre caractère et notre personnalité! Par une seule oeuvre de justice, par l’offrande de Son corps sur la croix, le Seigneur a amené à la perfection, une fois pour toutes, ceux qui ont été sanctifiés par le sang de Jésus-Christ (Hébreux 10: 14)!


Si nous recevons la révélation spirituelle de l’oeuvre de Christ, et de la qualité de la nouvelle nature qu’Il nous a donnée, nous estimons alors à sa juste et vraie valeur ce que nous sommes en Lui!

C’est le « moi » charnel et pécheur qui est haïssable! C’est lui qui doit disparaître! C’est lui qui disparaît dans la mort du Seigneur Jésus, et qui ressuscite, entièrement nouveau, dans la résurrection du Seigneur!


Ce sont toutes les forteresses que ce « moi pécheur » avait bâties dans notre vie qui doivent être rasées! Mais notre nouveau « moi » en Christ est hautement estimable! Car il est un pur don de la grâce de notre Dieu!


C’est pourquoi, tous les Chrétiens nés de nouveau qui ont reçu la révélation de ce qu’ils sont en Christ, la révélation de la valeur inestimable de leur nouvelle nature en Christ, tous ceux-là sont particulièrement bien placés pour identifier, affronter et éliminer tout ce qui peut encore rester de charnel dans leur vie!


Ils ne sont plus sous la culpabilité! Ils ne vont plus essayer de « projeter » inconsciemment sur les autres leurs « mauvais traits de caractère »! Car ils savent qu’il ne s’agit pas de « leurs mauvais traits de caractère »! Mais ce sont les « mauvais traits du caractère de la chair » qui demeure dans leurs membres!


Tout ce qu’il peut encore y avoir de mauvais dans nos pensées, nos sentiments, nos désirs et nos émotions, ne provient plus de « nous », c’est-à-dire de notre véritable nature! Mais tout cela provient de la chair de péché qui continue à habiter dans nos membres, mais dont Christ nous a libérés par Son sacrifice!


Tout ce que les Psychologues humains ont péniblement découvert ne constitue, au mieux, qu’un petit ensemble de faibles vérités partielles. Tandis que la révélation que le Seigneur nous accorde dans Sa Parole nous fait immédiatement découvrir, dans une merveilleuse et pure lumière, tous les éléments de la Vérité. Nous recevons d’un coup, en Christ, toutes les solutions divines à tous nos problèmes, qu’ils soient spirituels, psychologiques ou physiques!


Non seulement nous n’avons plus besoin de « projeter » sur les autres quoi que ce soit de notre propre nature, mais nous pouvons pleinement nous identifier par la foi à Jésus-Christ et à Sa propre nature!


Nous ne glorifierons jamais assez le Seigneur pour la magnificence et la perfection de Son oeuvre à la croix!


http://bloghenriviaudmurat.wordpress.com/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean 05/01/2011 11:04



Juste pour un p'tit bonjour


Jean



Joy 06/01/2011 09:04



Merci pour ton passage Jean... Amitiés...



♪ ♬♪.-**-._ⓇⓄⓈⒾⒶ_.-**-.♪ ♬♪ 04/01/2011 18:47



Soyons les imitaeurs de Jésus-Christ--------


Jésus délivre de ses liens---------


Que Dieu te bénisse ma soeur bien-aimée-----


 


De tout coeur-------


 


Bisous-------



Joy 05/01/2011 09:42



Amen ma Rosia.... Bonne journée ensoleillée ce matin chez nous... Gros bisous...