Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TORRENTS D'AMOUR
  • TORRENTS D'AMOUR
  • : Torrents d'Amour coulant du coeur du Père en Jésus-Christ, la Parole faite chair qui a donné sa vie sur la Croix pour nous sauver de nos péchés. Il revient bientôt chercher son Epouse, l'Eglise, purifiée, sanctifiée, mise à part pour son Bien-Aimé.
  • Contact

WebRadio Maranatha77

ECOUTEZ VOTRE WEBRADIO MARANATHA77 de 9h à 23h TOUS LES JOURS SUR LE SITE

WWW.MARANATHA77.COM

Recherche

PREPARONS-NOUS, JESUS REVIENT BIENTÔT

N'AIMEZ POINT LE MONDE, NI LES CHOSES QUI SONT DANS LE MONDE. SI QUELQU'UN AIME LE MONDE, L'AMOUR DU PERE N'EST POINT EN LUI; CAR TOUT CE QUI EST DANS LE MONDE, LA CONVOITISE DE LA CHAIR, LA CONVOITISE DES YEUX, ET L'ORGUEIL DE LA VIE, NE VIENT POINT DU PERE, MAIS VIENT DU MONDE. ET LE MONDE PASSE, ET SA CONVOITISE AUSSI; MAIS CELUI QUI FAIT LA VOLONTE DE DIEU DEMEURE ETERNELLEMENT. 1 Jean 2:15-17.
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 21:09

666c2fb340e1446a-1-.jpg

L’adversaire de Dieu ne veut pas que l’homme comprenne le simple message de l’Evangile. Son plan est de séduire le monde. S’il peut aveugler la foule sur le véritable sens du salut ou la convaincre que ce qu’elle croit est bien l’Evangile, alors qu’il n’en est rien, son stratagème aura réussi.

Il est donc urgent de préciser, selon la Parole immuable de Dieu, ce qu’est un vrai chrétien, en opposition à cette nouvelle définition falsifiée du chrétien adoptée par de nombreux milieux évangéliques postmodernes comme nous venons de l’examiner dans le précédent chapitre.

Selon les Evangiles et l’enseignement de Jésus-Christ, seul le qualificatif de disciple peut définir ce qu’est un chrétien biblique et authentique. Pour Jésus, uniquement le disciple a les qualifications du véritable chrétien. Rien, absolument rien ne doit donc nous faire dévier de cette définition, et par conséquent de l’objectif qui nous est imposé par notre Maître.

En effet, l’ordre de Jésus à la fin de l’Evangile de Matthieu est clair et direct : « Allez donc, faites des disciples dans toutes les nations… » (Mt 28:19). Toute la construction de cette phrase dans le texte original est concentrée non sur une option, mais sur un ordre : celui de faire des disciples. Pour Jésus la priorité était la qualité et non la quantité. 

Le but de toute évangélisation devait être de faire des disciples de Jésus, et non des « mystiques », de simples « croyants », des « membres » de telle ou telle église ou de se contenter de cartes de « décisions ». Les apôtres devaient être conscients et convaincus de cette exigence fondamentale.

Ce sont donc des disciples que Jésus recherche et rien d’autre. Il n’existe point de substitut à cette responsabilité. C’est une tâche solennelle qui demande un engagement total. Jésus ne veut pas de demi-mesure, de compromis ou d’un évangile au rabais qui ne change pas radicalement la personne, mais la laisse perpétuellement insatisfaite et dans l’illusion, et pire encore, ouverte à toutes les erreurs et contrefaçons spirituelles.

La Bible nous avertis d’ailleurs sérieusement des imitations du diable dans le domaine spirituel et tout particulièrement dans la prédication de l’Evangile.

Le diable possède en effet dans ses rangs ses faux apôtres (2 Co 11:13), des faux frères (2 Co 11:26) qui croient un faux évangile (Ga 1:6-9). Il encourage une fausse spiritualité (Ro 10:1-3) et même dirige une fausse église (Ap 2:9). Et le comble de tout, dans les derniers temps, il enverra un faux christ (2 Th 2:1-12).

Des multitudes de personnes séduites par un faux évangile

D’innombrables autres personnes sont aujourd’hui séduites par un faux évangile et ont donc une fausse espérance quant à leur salut. Elles se considèrent chrétiennes parce qu’elles sont nées de parents chrétiens ou qu’elles appartiennent à une religion de confession chrétienne. Mais elles n’ont jamais vérifié dans les Ecritures si ce qui leur a été enseigné concernant le salut était bien conforme à l’enseignement de Jésus et de ses apôtres.

La désillusion sera très grande un jour, car après la mort ce sera définitivement trop tard pour chercher à être sauvé. La Bible déclare catégoriquement : « Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » (donc pas de seconde chance, ni de réincarnation, ni de purgatoire) (Hé 9:27).
S’il ne veut pas travailler en vain au sein de la grande confusion et de la séduction spirituelle des temps de la fin, le disciple de Jésus doit faire des recherches bibliques personnelles très sérieuses. Il sera alors à même d’enseigner clairement ce qu’est un vrai chrétien. 

Il ne peut y avoir de quiproquo ou de laisser-aller à ce sujet, car c’est une question de vie ou de mort, de salut ou de perdition, de ciel ou d’enfer.

L’apôtre Paul, un fidèle disciple de Jésus-Christ, nous rappelle qu’on ne peut plaisanter sur cette vérité. Il nous remet en mémoire les conséquences éternelles d’un tel esprit désinvolte et superficiel : « Je vous rappelle, frères, l’Evangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu, dans lequel vous avez persévéré, et par lequel vous êtes sauvés, si vous le retenez dans les termes où je vous l’ai annoncé ; autrement vous auriez cru en vain. Je vous ai enseigné avant tout, comme je l’avais reçu, que Christ est mort pour nos péchés, selon les Ecritures ; il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour, selon les Ecritures » (1 Co 15:1-4).
D’après l’apôtre Paul nous pouvons donc croire en vain. Quelle tragique réalité ! Jésus a dit : « Allez donc, et faites des disciples… » Pourquoi ? Parce que selon Jésus, seul un disciple prend au sérieux son enseignement et accepte les conditions du salut qu’il est venu proclamer aux hommes. Il est par conséquent le modèle du vrai chrétien.

La puissance se trouve dans la Parole de Dieu et non dans des méthodes ou des programmes humains

Face à l’apostasie spirituelle grandissante des derniers temps, il est impérieux de rappeler les vérités fondamentales du SALUT qui ne sont malheureusement plus enseignées fidèlement dans beaucoup d’églises, voire même contestées, où l’on accorde souvent plus d’importance aux caprices de l’auditoire qu’au message biblique.

Ces églises, au lieu de transmettre exactement l’Evangile libérateur de notre Seigneur Jésus-Christ, sont fortement influencées par l’esprit du monde. Elles cherchent à s’adapter aux désirs de leurs auditeurs en prêchant un faux évangile égocentrique, dénaturé et frelaté, grandement imprégné par la « psychologie chrétienne » et des « pratiques mystiques » qui renient le péché, la repentance et la croix.

Le grand piège dans ces temps de la fin ne réside pas seulement dans l’absence de formation de véritables disciples, mais dans la définition complètement faussée du mot chrétien. Ainsi, des multitudes se croyant sauvées, ne le sont pas. Ces « chrétiens » de nom auront l’apparence de la piété mais renieront ce qui en fait la force (2 Ti 3:5).

Il est donc impératif de ne pas s’égarer dans ce domaine et de prêcher inlassablement les vérités du salut biblique. Elles seront contestées, voire même rejetées à la fin des temps (2 Ti 4:1-5).

N’oublions pas que la puissance dont nous avons besoin pour communiquer la vie spirituelle se trouve exclusivement dans la Parole de Dieu et non dans des techniques ou des programmes : « Car la Parole de Dieu est vivante et efficace (énergique), plus tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante… ; elle juge les sentiments et les pensées du cœur. Nulle créature n’est cachée devant lui, mais tout est nu et découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte (Hé 4:12,13). 

L’Esprit de Dieu utilise la Parole avant tout pour transformer les vies. Notre tâche est donc de la prêcher simplement, clairement, sans aucun compromis, car c’est elle seule qui éclaire et libère.

Prenons maintenant le temps d’examiner attentivement ce qu’est un vrai chrétien biblique, ainsi que les vérités de base du salut prêchées par Jésus et ses apôtres.

1. UN VRAI CHRETIEN est venu à Dieu en réalisant qu’il est un pécheur perdu

C’est précisément sur ce point précis que beaucoup trébuchent. Ils ne veulent pas admettre être pécheur aux yeux du Dieu trois fois saint, et que leurs péchés les rendent indignes d’être admis en sa présence. Cette attitude n’est pas surprenante car l’homme, un propre juste invétéré, refuse de reconnaître sa condition de pécheur. Si nous ne sommes pas pécheurs, pourquoi avoir besoin d’un Sauveur ?

Jésus a enseigné : « Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades… Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs à la repentance » (Mt 9:12,13). La vérité est que nous sommes tous pécheurs, et « perdus ». Jésus n’a-t-il pas dit qu’il était « venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Lu 19:10). 

Selon la Bible, nous avons toujours été pécheurs, car « nous sommes pervertis dès le sein maternel » (Ps 58:4). Puis, peu après notre naissance, « nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivant sa propre voie » (Es 53:6).

Esaïe le prophète, en présence du Dieu saint, s’est écrié, et nous pouvons le dire avec lui : « Malheur à moi ! Je suis perdu… » (Es 6:5). Cela signifie littéralement, « je suis séparé… », car le péché me sépare de Dieu. Et si nous sommes séparés, nous sommes donc « perdus » aux yeux de Dieu. En raison de cette réalité, nous avons besoin de nous repentir, c’est-à-dire de nous détourner une fois pour toutes de notre péché pour revenir à Dieu afin qu’il règle ce problème. 

Ce n’est pas une chose aisée pour des personnes respectables, bien éduquées, voire même religieuses d’admettre franchement qu’elles sont perdues et qu’elles ont besoin de se repentir.

Un jour, un homme est venu à une réunion d’évangélisation. Il était bouleversé, et avec une voix chargée d’émotion, il s’écria : « Pasteur, je suis perdu ! Pouvez-vous m’aider ? ». Ce fut vraiment un moment merveilleux dans sa vie parce que de lui-même, et par sa propre confession, il est venu à Dieu comme un pécheur perdu et repentant. C’est par cette porte étroite que chacun doit entrer s’il veut devenir un vrai chrétien. C’est le tout premier pas à franchir dans une vie chrétienne.

Avant de pouvoir être sauvé, il faut savoir et admettre que nous sommes perdus.

2. UN VRAI CHRETIEN a compris le véritable sens du sacrifice de Jésus sur la croix

« Aux grands maux, les grands remèdes ». Ce dicton populaire est plus que jamais vrai quant à la compréhension du sacrifice de Jésus sur la croix. A cause de l’extrême gravité du péché aux yeux de Dieu, il fallait un remède unique, parfait et exceptionnel pour résoudre ce problème millénaire.

Il n’existe qu’une seule personne dans toute l’histoire de l’humanité qui a pu régler définitivement ce problème : JESUS-CHRIST. Jean-Baptiste, tout au début de son ministère, voyant Jésus venir à lui, s’est écrié : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jn 1:29).

Jésus lui-même a annoncé clairement à ses disciples le but ultime de sa venue sur terre : « Car le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour plusieurs » (Mc 10:45).
L’apôtre Pierre, inspiré par le Saint-Esprit, nous révèle que Jésus est le sacrifice expiatoire choisi dès avant la création du monde, et manifesté à la fin des temps à cause de nous (1 Pi 1:19,20).

Il est aussi écrit de Jésus qu’il était saint, innocent, sans tâche, séparé des pécheurs, plus haut que les cieux … et parfait pour l’éternité (Hé 7:26-28). Il a aussi été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre le péché (Hé 4:15). Jésus est le seul être humain parfait qui ait vécu sur la terre.

Il a même lancé un défi aux hommes religieux de son temps en leur déclarant : « Qui de vous me convaincra de péché ? » (Jn 8:46). Seul le Fils de Dieu, sans péché, pouvait faire de telles déclarations. Il était parfait dans toutes ses voies et sans aucun défaut de caractère. La vérité a toujours été sur ses lèvres. Il n’y avait aucune contradiction entre ses paroles et ses actes.

C’est pourquoi, étant sans péché, il a été choisi par Dieu pour être le Sauveur de tous les hommes. La Bible résume le message de l’Evangile en ces termes : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jn 3:16).

L’apôtre Pierre nous dévoile la signification de la croix lorsqu’il dit : « Christ a souffert une fois pour toutes, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu » (1 Pi 3:18), et « que nous avons été rachetés par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache » (1 Pi 1:18,19). 

Nous avons été rachetés. Que signifie le mot rédemption (en grec, apolutrosis) ? Il y a là une vérité biblique extraordinaire que tout chrétien doit connaître. C’est le rachat, la libération ou la délivrance, par le paiement d’une rançon, d’un esclave ou d’un prisonnier pour une dette qu’il est totalement incapable de payer. Il lui est par conséquent impossible de se libérer lui-même.

Le Nouveau Testament tout entier présente Jésus-Christ comme le rédempteur, et l’on peut dire que le christianisme est la religion de la rédemption. La rédemption comporte quatre vérités importantes.

1. Avant notre salut, nous étions esclaves et prisonniers. Nous étions tous esclaves du péché, de la mort, de la loi, de Satan sans aucun espoir de pouvoir nous libérer par nous-mêmes. Nous ne pouvions échapper à la mort spirituelle (la séparation d’avec Dieu) qui en était la terrible conséquence (Ro 6:23).

2. Jésus-Christ a payé la rançon pour notre libération parce que nous ne le pouvions pas nous-mêmes. Il l’a fait, mais à un grand prix, en versant son sang et en donnant sa vie sur la croix à notre place, lui le juste pour nous injustes (Mt 20:28 ; Mc 10:45 ; 1 Co 6:20 ; Ep 1:7 ; Tit 2:14 ; 1 Pi 1:18,19 ; 3:18).

3. Le message de la rédemption est un message de libération :

• Le racheté est libéré de la domination de Satan (Ac 26:18 ; Col 1:13)

Jésus ne nous a pas libérés de l’esclavage du péché pour nous faire errer ensuite sans but. Il nous a également transportés dans son royaume de lumière et a fait de nous des vainqueurs sur la puissance des ténèbres. Nous sommes maintenant dans le royaume de Jésus-Christ, sous son autorité, et cela dès le jour de notre conversion.

Nous n’avons pas à chercher à être libérés du pouvoir de Satan, nous le sommes déjà par la croix. « Nous avons été rachetés… » (1 Pi 1:18). Le temps est au passé. C’est un fait accompli. Notre part est de le louer et non de prier pour notre libération.

• Le racheté est libéré de la condamnation du péché (Ro 8:1)

Le mot « condamnation » a en grec le même sens que « jugement ». Le chrétien ne sera pas jugé par rapport à son salut, puisque Christ a déjà été jugé pour ses péchés sur la croix. 

Toutefois, en tant qu’enfant de Dieu, il sera un jour jugé en vue de recevoir ou non une récompense, lors de sa comparution devant le tribunal de Christ (2 Co 5:10).

• Le racheté est libéré du pouvoir du péché (Ro 6: 7,12,14,18). 

Cependant, cette libération de la domination du péché ne l’autorise en aucun cas à faire ce qu’il veut, car il est maintenant la propriété de Dieu. La libération du péché fait de lui un esclave volontaire de Dieu auquel il est maintenant soumis et obéissant (Ac 26:18 ; Ro 6:18,22 ; 1 Co 7:23).

4. Jésus a non seulement payé la rançon pour le pardon de nos péchés et la délivrance du pouvoir de Satan, mais il nous a aussi délivrés pour que désormais nous lui appartenions entièrement. Livrons-nous donc sans réserve à notre rédempteur, parce que nous avons été rachetés à un grand prix (1 Co 6:19,20).

3. UN VRAI CHRETIEN s’est repenti sincèrement de ses péchés

Selon la Bible, la clé de la délivrance est la repentance. La repentance est un mot qui tend à disparaître du langage religieux moderne et qui pourtant tient une place essentielle dans la Parole de Dieu.

Elle est aussi très mal perçue. Pour beaucoup, elle signifie prendre un air triste en déclarant : « Je regrette vraiment ce que j’ai fait », sans changer ensuite de manière de vivre.

Le regret ne suffit pas. Judas par exemple, après avoir trahi Jésus, en a éprouvé du remords, mais son regret superficiel le conduisit au suicide plutôt qu’à Dieu. Il ne s’est jamais repenti. La repentance biblique n’est pas le remords.

Il ne faut pas non plus confondre la repentance avec la pénitence qui est plutôt une attitude ecclésiastique et rituelle qu’une transformation morale profonde.

Beaucoup de chrétiens modernes ont complètement perdu de vue ce que la Bible entend par la repentance. De nombreux prédicateurs évitent d’employer ce mot dans leurs sermons. 

C’est un terme qui est devenu très impopulaire. Et pourtant, le premier sermon que Jésus prêcha fut : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » (Mt 4:17).

La repentance est mentionnée soixante-dix fois dans le Nouveau Testament. Jésus a déclaré : « Si vous ne vous repentez, vous périrez tous également » (Lu 13:3). C’était aussi la substance du message de Jean-Baptiste et des apôtres de Jésus-Christ (Mc 1:4 ; Lu 24:47 ; Ac 2:38 ; 20:21).

La repentance est une œuvre de Dieu dans l’âme. C’est un changement à l’égard de soi-même comme à l’égard de Dieu. L’homme prend conscience d’une part, qu’il est un pécheur, d’autre part, que Dieu ne veut pas la condamnation du pécheur, mais sa conversion et sa vie.

La repentance n’est pas du tout un simple changement extérieur de comportement. C’est le retour complet et décidé du cœur à Dieu.

La prédication de l’Evangile apporte une conception si nouvelle de Dieu qu’elle entraîne une profonde tristesse du péché et une volte-face du pécheur se tournant vers Dieu. La repentance c’est comme l’abcès qui enfin s’ouvre sous le bistouri du grand Chirurgien.

La vraie repentance, comme l’exprime le mot grec original metanoïa, correspond à un changement complet. C’est la perception du désordre moral dans lequel nous sommes par nature ; c’est le réveil de la conscience ; c’est l’acte de se détourner du mal, pour se tourner vers Dieu.

Quand le patriarche Job s’est vu à la lumière du Dieu saint, il s’est écrié : « J’ai horreur de moi, et je me repens dans la poussière et dans la cendre » (Job 42:6).

Voilà la vraie repentance que le Saint-Esprit, par la puissance de la Parole de Dieu, produit dans le cœur de quelqu’un. La reconnaissance de ses péchés est pour chacun le premier pas vers la repentance.

La repentance est un jugement que la conscience du pécheur prononce sur lui-même, moins pour quelque péché particulièrement grave que pour l’ensemble d’une vie qui a été un outrage au Dieu si digne d’obéissance et d’amour.

La repentance envers Dieu est impérative pour le salut (Lu 13:3).

Dans les Ecritures, la vraie repentance s’exprime par :

• la tristesse d’avoir offensé Dieu (Ps 51:5 ; 38:1-9)

• la confession du péché (Ps 32:5 ; 51:3-6 ; Jér 3:12)

• le dégoût, la haine et l’abandon du péché (Pr 8:13 ; 28:13)

• le retour à Dieu (Ac 26:20).

Aujourd’hui est le temps favorable à la repentance (2 Co 6:2 ; Hé 4:7).

Jésus affirme que dans le ciel il y a plus de joie pour un pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance (Lu 15:7).

La repentance prépare l’âme à accepter la grâce de Dieu. C’est une première démarche vers Dieu parce que, par elle, on reconnaît déjà vouloir se soumettre à lui pour lui obéir.

Il existe une certaine foi dans la véritable repentance, car on ne confesse sincèrement ses péchés que lorsqu’on a l’espoir d’en obtenir le pardon.

4. UN VRAI CHRETIEN croit en Jésus-Christ et l’accepte comme son Sauveur personnel

Se repentir et croire en Jésus est la double démarche que Dieu attend de l’homme pour son salut. Les deux vont toujours de pair (Mc 1:15 ; Jn 3:16 ; Ac 16:31). D’où la nécessité de bien saisir aussi la portée de ce verbe « croire » car il va bien au-delà de la vague pensée générale que Jésus est venu dans ce monde pour sauver les pécheurs. Croire, selon la Bible, suppose un fondement correct et précis de notre foi et implique toujours un changement radical dans notre vie.

Celui qui croit doit admettre que Jésus est le Dieu véritable (2ème personne de la trinité), qu’il est la vie éternelle et le Sauveur du monde (1 Jn 5:20 ; Lu 19:10).

Celui qui croit confesse de sa bouche le Seigneur Jésus et croit dans son cœur que Dieu l’a ressuscité des morts (Ro 10:9).

Celui qui croit reconnaît devant Dieu qu’il est pécheur, car la Bible déclare : « Si nous disons que nous n’avons pas de péché… la vérité n’est pas en nous » (1 Jn 1:8).

Celui qui croit reconnaît qu’il a mérité le juste jugement de Dieu, car la Bible dit : « Le salaire du péché, c’est la mort », et « après la mort vient le jugement » (Ro 6:23 ; Hé 9:27).

Celui qui croit est convaincu que « le Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs » (1 Ti 1:15).

Celui qui croit sait qu’il doit confesser ses péchés et les abandonner pour obtenir le pardon (Mt 9:13 ; Pr 28:13).

Celui qui croit possède l’assurance que Jésus a pris sur lui, à la croix, la culpabilité de ses péchés. « Christ est mort pour nos péchés » (1 Co 15:3), et « lui-même a porté nos péchés en son corps sur le bois » (1 Pi 2:24).

Celui qui croit sait que la justice de Dieu a été satisfaite par l’unique sacrifice de Jésus, et qu’il a la vie éternelle. « Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils : celui qui a le Fils a la vie » (1 Jn 5:11,12). Le salut est un DON à recevoir et non une œuvre à mériter (Ep 2:8,9).

Celui qui croit devient une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées, et voici toutes choses sont nouvelles (2 Co 5:17).

Celui qui croit montre sa foi par sa conduite, s’attache à Christ et se retire du mal. Il place en Jésus toute sa confiance pour être conduit et gardé dans le chemin de la foi, de la fidélité et de l’obéissance à sa Parole (1Jn 5:14,15).

Celui qui croit, c’est celui qui le jour de sa conversion, après une sincère repentance, reçoit Christ dans sa vie pour devenir un enfant de Dieu, car la Bible déclare : « A tous ceux qui l’ont reçue (la Parole faite chair, Jésus) à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir (le droit) de devenir enfant de Dieu » (Jn 1:12,14).

Celui qui croit selon la Bible, ne se limite pas à un simple acquiescement mental, il reçoit aussi Jésus dans sa vie. Tous ceux qui dans leur cœur acceptent Jésus comme leur Sauveur personnel naissent spirituellement et reçoivent la vie nouvelle de Dieu, la vie éternelle.

Par la foi en Christ, cette nouvelle naissance restaure notre âme. Elle est une régénération et bouleverse nos attitudes, nos désirs et nos motivations (Jn 3:3 ; Tit 3:5).

Celui qui croit honore Jésus en prenant au mot sa promesse de vie éternelle. Il a lui-même déclaré : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie » (Jn 5:24). Et aussi : « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle » (Jn 3:36).

La certitude de la vie éternelle déjà ici-bas est une glorieuse assurance pour celui qui croit de tout son cœur aux promesses bibliques !

5. Un vrai chrétien a abandonné toute sa vie à Jésus en le recevant aussi comme son Seigneur et Maître

Qui est précisément ce Jésus-Christ qui doit être reçu par le pécheur comme son Sauveur et auquel il est appelé à se soumettre comme son Seigneur et son Maître ? 

C’est celui qui est mort à notre place sur la croix pour nous sauver de nos péchés et de ses terribles conséquences qui sont les tourments éternels de l’enfer (Lu 16:19-31).

C’est aussi celui qui est ressuscité des morts, qui est monté à la droite de Dieu, et qui vit pour régner non seulement au ciel, mais comme Seigneur et Maître dans la vie de chaque chrétien.

Lorsque nous venons dans la repentance devant Dieu et recevons Jésus-Christ comme notre Sauveur personnel, nous recevons en réalité sa vie qui nous est communiquée par le Saint-Esprit. Dès ce moment-là, nous devenons, comme il est écrit : « participant de la nature divine » (2 Pi 1:4). Christ, par conséquent, habite réellement en nous par son Esprit.

L’apôtre Paul nous dévoile ce mystère en parlant de « Christ en vous » (Col 1:27) et de « Christ, votre vie » (Col 3:4). Ainsi, celui que j’ai reçu dans mon cœur lorsque je suis devenu un enfant de Dieu est le Sauveur et Seigneur Jésus-Christ. 

Arrêtons-nous quelques instants sur le mot « Seigneur ». Cela veut dire que lorsque je l’ai reçu dans ma vie, il me demande une totale capitulation à sa seigneurie. Un chrétien est donc quelqu’un qui a complètement remis de son plein gré toute sa vie (et pas seulement ses péchés) entre les mains du Seigneur, afin qu’il ait le contrôle de son cœur, de ses pensées et de sa volonté. 

Les résultats d’une telle conversion sont un changement radical de sa vie, car lorsque Jésus-Christ y est intronisé comme le Seigneur, le moi est forcément détrôné. 

Désormais, dès sa conversion, Christ a été fait Seigneur et Maître de son temps, de ses amis, de ses plaisirs et de son travail. Il est devenu le Seigneur et Maître de chaque domaine de son existence.

6. UN VRAI CHRETIEN confesse ouvertement Jésus-Christ dans le monde

Toute personne que Jésus appelle à le suivre, il l’appelle à le confesser publiquement. En déclarant cela, il voulait simplement affirmer un fait incontournable dans son plan d’évangélisation du monde : celui qui veut le suivre ne peut être un disciple en secret.

Jésus a dit : « C’est pourquoi, quiconque se déclarera publiquement pour moi, je me déclarerai moi aussi pour lui devant mon Père qui est dans les cieux ; mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux » (Mt 10:32,33).

Ces paroles sont extrêmement sérieuses. Comment donc un chrétien devrait-il confesser son Seigneur ? Relevons quatre références relatives à cette vérité dans les Ecritures.

a) Le chrétien doit confesser son Seigneur par les paroles de sa bouche.

La Parole de Dieu dit : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut » (Ro 10:9,10).

L’Evangile de Marc nous informe que lorsque Jésus a délivré le démoniaque de Gadara, il lui a dit : « Va dans ta maison, vers les tiens, et raconte-leur tout ce que le Seigneur t’a fait, et comment il a eu pitié de toi » (Mc 5:19).

La confession publique de notre foi est indispensable pour notre propre affranchissement de la crainte et du joug des hommes. Par contre, si nous le renions devant les hommes, il nous reniera aussi devant son Père.

b) Le chrétien confesse son Seigneur par une vie transformée.

Il est intéressant de noter que dans le passage parallèle de Luc, Jésus donne une précision supplémentaire au moment de la délivrance du démoniaque : « Retourne dans ta maison, et raconte (montre) tout ce que Dieu t’a fait » (Lu 8:39). Ainsi, lorsque nous devenons chrétiens, nous devons dire par nos lèvres et montrer par notre vie les grandes choses que Dieu a faites.

c) Le chrétien confesse son Seigneur en se joignant à d’autres chrétiens.

Il est nécessaire de remarquer qu’immédiatement après sa conversion, Saul de Tarse « resta quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas » (Ac 9:19). Et plus tard lorsqu’il arriva à Jérusalem, il « chercha à se joindre aux autres disciples » (Ac 9:26). Des premiers chrétiens, il nous est dit qu’ils « persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières » (Ac 2:42).

La réalité vécue de la « communion » fraternelle (en grec, koinonia) était la force des premiers chrétiens. Elle signifie un lien affectif, une communion profonde et un partenariat dans l’œuvre de Dieu. Elle implique aussi une connaissance commune (1 Jn 1:3). En effet, seulement ceux qui sont amis de Christ et obéissants à sa Parole, peuvent réellement être amis les avec les autres.

d) Le chrétien confesse son Seigneur en se faisant baptiser par immersion.

La Bible enseigne que le baptême biblique par immersion est une confession publique du chrétien né de nouveau qui est auparavant venu consciemment et volontairement à Dieu comme un pécheur perdu et repentant, et qui a ensuite accepté Jésus-Christ comme son Sauveur pour se soumettre a lui comme son Seigneur et son Maître.

L’ordre de Jésus d’aller dans le monde entier pour prêcher l’Evangile inclut le baptême au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, comme un engagement personnel et public de notre foi (Mt 28:19,20).

Le jour de la Pentecôte, devant trois mille personnes convaincues de leurs péchés, Pierre leur dit : « Repentez-vous et que chacun de vous soit baptisé… » (Ac 2:38). Nous lisons ensuite que « ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés ; et en jour-là le nombre des disciples augmenta d’environ trois mille âmes » (Ac 2:41).

Il est important de préciser que le mot baptême (en grec, baptizo), veut dire « immerger, plonger dans l’eau ». Il n’est donc pas une aspersion mais une immersion. Jésus lui-même, notre modèle, a été baptisé (Mat 3:13-17).

Une autre remarque à ce sujet : le chrétien ne se fait pas baptiser pour être sauvé, mais parce qu’il l’est déjà. Le baptême par immersion selon la Bible ne sauve pas, mais il est le premier pas d’obéissance indispensable du chrétien après sa conversion. Le baptême unit le chrétien à Jésus-Christ dans sa mort au péché et sa résurrection à une vie nouvelle. Il symbolise la soumission à Christ, la volonté de vivre dans l’obéissance et l’identification avec tous les chrétiens nés de nouveau.

7. UN VRAI CHRETIEN se distingue par son esprit d’obéissance à la seule Parole de Dieu

L’ordre de Jésus est sans ambiguïté : « Et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Mt 28:20). Les disciples devaient obéir à toute la Parole de Dieu, mais aussi à la seule Parole de Dieu. Tout ce que Jésus et ses apôtres n’ont pas enseigné doit être rejeté catégoriquement. Plus rien ne doit être ajouté ou retranché aux Ecritures sous peine de jugements extrêmement sévères (1 Co 4:6 ; Ap 22:18,19).

Jésus attendait de ses disciples une parfaite obéissance. Il n’était pas exigé d’eux qu’ils soient astucieux, mais loyaux. C’était là la marque distinctive qui les différenciait de tous les autres. Ils étaient appelés ses disciples pour bien montrer qu’ils étaient les « élèves » du Maître.

Ce fut bien plus tard qu’ils furent appeler « chrétiens » dont le sens original est « qui appartient à Christ » (Ac 11:26). Ils prouvèrent qu’ils étaient obéissants parce que celui qui suit fidèlement son Maître finit par lui ressembler.

Suivre Jésus semblait au premier abord assez facile. Ceci parce que les disciples ne l’avaient pas encore suivi très loin. Mais il fut bien vite évident qu’être un vrai disciple de Jésus signifie beaucoup plus qu’une joyeuse acceptation du Messie promis.

Il s’agit d’une capitulation totale de sa vie au Maître et d’une soumission absolue à sa souveraineté. Il ne pouvait y avoir de compromis. Jésus a dit : « Nul serviteur ne peut servir deux maîtres. Car, ou il haïra l’un et aimera l’autre ; ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon » (Lu 16:13).

Il devait y avoir un abandon total du péché. Les vieux concepts du monde avec ses habitudes et ses plaisirs devaient céder aux nouvelles exigences du royaume de Dieu (Mt 5:1-7 ; Lu 6:20-49).L’amour parfait devait maintenant être le seul standard de leur conduite (Mt 5:48), et cet amour devait se traduire par une obéissance à la parole de Christ (Jn 14:21,23).

C’était là un enseignement difficile à admettre. Peu d’entre eux pouvaient vraiment l’accepter. Certains aimaient plutôt être comptés parmi ses disciples quand il remplissait leur estomac de pain et de poisson, mais quand Jésus commença à leur parler des vraies exigences spirituelles du royaume, ainsi que des sacrifices nécessaires pour y parvenir (Jn 6:25-59, beaucoup de ses disciples se retirèrent et ils n’allèrent plus avec lui (Jn 6:66) sous prétexte que « ses paroles étaient dures ». Ils déclarèrent : « qui peut l’écouter » (Jn 6:60).

Ce qui était le plus surprenant, c’est que Jésus n’a jamais couru après eux pour essayer de les ramener afin qu’ils fassent partie de ses membres. Il était en train d’éduquer des responsables pour le royaume, et s’ils voulaient devenir des instruments qualifiés et efficaces pour le ministère, ils devaient en payer le prix. Il ne peut donc y avoir d’obéissance sans croix. En choisissant d’obéir à Christ, nous choisissons aussi de porter notre croix. Porter sa croix signifie :

• Etre attaché à la personne de Christ

• Etre soumis à la Seigneurie de Christ

• Etre obéissant à la Parole de Christ

Un tel chrétien cherchera plutôt à être utile que populaire, à servir qu’à être servi. Et ceci doit être fait par la puissance du Saint-Esprit, car personne ne peut devenir un chrétien spirituel ou un disciple par ses propres forces. Mais ne l’oublions pas, le Saint-Esprit est donné à ceux qui obéissent au Seigneur et à sa Parole (Ac 5:32).

L’obéissance à la parole de Dieu est la plus grande preuve de notre amour pour le Seigneur. Il existe trois motivations pour obéir :

• Nous pouvons obéir parce que nous sommes obligés de le faire

• Nous pouvons obéir parce que nous avons besoin de le faire

• Nous pouvons obéir parce que nous voulons le faire par amour pour Jésus. C’est là la seule bonne motivation devant Dieu.

Le pasteur bien connu A.W. Tozer nous donne quelques pensées pertinentes sur le sujet essentiel de l’obéissance. Voici ce qu’il déclare : « L’Eglise de nos jours a minimisé la doctrine de l’obéissance, soit en la négligeant complètement, soit en la mentionnant mais sans aucune note d’urgence.

Cette position a eu comme conséquence une confusion fondamentale entre l’obéissance et les œuvres dans la pensée d’un grand nombre de prédicateurs et de chrétiens.

Pour ne pas tomber dans l’erreur du salut par les œuvres, nous sommes tombés dans l’autre extrême, celle du salut sans obéissance. Dans notre impatience de nous débarrasser de la doctrine légaliste des œuvres, nous avons jeté le bébé avec l’eau du bain en nous débarrassant également de l’obéissance.

Un monde de confusion et de déception en est résulté lorsque nous avons voulu essayer de croire sans obéir. Nous sommes maintenant dans la position d’un oiseau essayant de voler avec une seule aile. Nous tournons sans cesse en rond en frappant le sol d’une aile.

Un abandon superficiel équivaut finalement à aucun abandon. Une vraie soumission à la volonté de Dieu doit inclure une détermination à obéir. Quand le cœur est irrévocablement décidé à recevoir les ordres du Seigneur et à lui obéir, un travail considérable a été accompli, mais pas avant.

Nous ne sommes pas prêts d’observer des transformations radicales au sein de nos communautés et parmi les chrétiens, tant que les serviteurs de Dieu ne sont pas décidés à redonner à l’obéissance la place prépondérante qu’elle occupe dans les Ecritures. »

Les « bébés » chrétiens doivent constamment être contraints ou récompensés pour obéir. Le disciple, lui, obéit à son Maître pour aucune autre raison que son grand amour pour lui.

(Extrait de la brochure N°5 "L'amour de la Vérité", "Faites des disciples" de Samuel et Dorothée Hatzakortzian disponible dans le catalogue du site)

Source : http://www.compassion-france.com

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Myriam 17/07/2013 10:00

http://temoignage-eglise-maison-jesus-christ.blogspot.fr/

fontaine 07/03/2013 08:02


Sois bénie Joy dans tout ce que tu entreprends avec le Seigneur...mes prières t'accompagneront...


Bises et prends soin de toi


Dieu te garde 

ROSIA 03/03/2013 11:43


Je te souhaite une bonne fin de journée et un beau Dimanche tous pleins de soleil  


Bisous



fontaine 02/03/2013 08:59


Petit coucou rapide Joy...bon week end !


Bises