Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : TORRENTS D'AMOUR
  • TORRENTS D'AMOUR
  • : Torrents d'Amour coulant du coeur du Père en Jésus-Christ, la Parole faite chair qui a donné sa vie sur la Croix pour nous sauver de nos péchés. Il revient bientôt chercher son Epouse, l'Eglise, purifiée, sanctifiée, mise à part pour son Bien-Aimé.
  • Contact

WebRadio Maranatha77

ECOUTEZ VOTRE WEBRADIO MARANATHA77 de 9h à 23h TOUS LES JOURS SUR LE SITE

WWW.MARANATHA77.COM

Recherche

PREPARONS-NOUS, JESUS REVIENT BIENTÔT

N'AIMEZ POINT LE MONDE, NI LES CHOSES QUI SONT DANS LE MONDE. SI QUELQU'UN AIME LE MONDE, L'AMOUR DU PERE N'EST POINT EN LUI; CAR TOUT CE QUI EST DANS LE MONDE, LA CONVOITISE DE LA CHAIR, LA CONVOITISE DES YEUX, ET L'ORGUEIL DE LA VIE, NE VIENT POINT DU PERE, MAIS VIENT DU MONDE. ET LE MONDE PASSE, ET SA CONVOITISE AUSSI; MAIS CELUI QUI FAIT LA VOLONTE DE DIEU DEMEURE ETERNELLEMENT. 1 Jean 2:15-17.
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 08:00

USA : Un chrétien sauve une jeune fille de l’incendie de sa voiture “Au Nom de Jésus

 

Vendredi 30 décembre, à San Antonio, une jeune femme de 22 ans a été extraite de son véhicule en flammes par un passant.

 

Scot Love est un artificier chrétien de Caroline du Nord, de passage dans la ville de San Antonio pour son travail. Quand il entend le choc de l’accident et le son de l’incendie juste après, il sait d’avance que quelqu’un est en danger. Arrivé rapidement sur les lieux, près de l’autoroute 281 et de Summerglen Way, l’avant du véhicule est en flammes et la porte du conducteur n’est déjà plus accessible. Il entend Mishelle crier et appeler à l’aide.

 

Vous ne pouvez pas me quitter. Je brûle, je brûle.”

 

Terrifié, Scot cherche une solution pour extraire la jeune fille prisonnière et coincée par les jambes. C’est alors qu’il prononce à son insu les mots, “AU NOM DE JESUS”. Au moment où il les a répétés une deuxième fois, les jambes de Mishelle ont été libérées, et il a pu la faire sortir.

 

Ces mots sont simplement sortis de ma bouche, alors que je n’y pensais pas… Elle a dit : ‘Mes jambes sont libreset j’ai pu l’atteindre et la saisir sous les bras, elle est sortie comme du beurre. »

 

« Les voies de Dieu sont parfaites, La Parole de l’Eternel est éprouvée; Il est un bouclier pour tous ceux qui se confient en Lui. »

2 Samuel 22:31

 

La rédaction

Source : CBN

Image d’illustration

 

Source : www.infochretienne.com

 

Le Nom de Jésus est le Seul Nom qui sauve, qui guérit, qui délivre...

Le Nom de Jésus est le Seul Nom qui sauve, qui guérit, qui délivre...

Repost 0
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 07:30

Après sa rencontre avec Jésus, Antoine, transgenre, redevient l’homme qu’il est vraiment

 

Antoine Bou Ezz a toujours souffert depuis sa plus tendre enfance. Orphelin de père dès l’âge de 4 ans, abusé sexuellement, il a grandi au Liban dans un pays en guerre. Il s’est toujours senti comme un étranger, un extra-terrestre, que ce soit dans les rues ou à l’école. Les gens l’insultaient régulièrement et l’humiliaient à cause de son homosexualité au point de finir de détruire complètement sa vie.

 

« Les années passaient et le combat s’intensifiait en moi, entre mon corps d’homme et une voix qui me disait que je trouverai le bonheur en changeant d’image. J’ai subi plusieurs opérations de chirurgie esthétique, j’ai laissé pousser les cheveux et je vivais de rêves et d’illusions. »

 

A la recherche du succès et de la gloire il dansait dans des clubs et entretenait des relations impures avec les gens. Il pensait atteindre ainsi le bonheur mas réalisa qu’il se trompait. Il était de plus de plus perdu et tourmenté, rien ne pouvait effacer les cicatrices des abus physiques et verbaux subis dans son enfance. A la recherche de l’amour dont il avait manqué il était finalement de nouveau utilisé et abusé.

 

Jusqu’à ce qu’un jour, il rencontre une femme qui allait devenir son ami. Elle lui prêcha l’Evangile et lui dit que toutes ses douleurs et ses péchés pouvaient être effacés seulement par Jésus.

 

« Elle me raconta ensuite ce qui se passa à la création : Dieu créa l’homme à son image. Il les créa homme et femme et il les bénit et il leur commanda de multiplier et de remplir la terre. Je compris que j’étais un rebelle et que je combattais la volonté de Dieu au côté de Satan, en changeant mon image et en devenant transgenre et en allant contre la procréation seulement possible entre un homme et une femme. »

 

Il sentit ensuite le désir de mieux connaitre Dieu et de naitre de nouveau. Naitre de nouveau cela voulait dire qu’il pouvait laisser Dieu renouveler son coeur et le « recréer » afin qu’il puisse retrouver sa masculinité.

 

« Ebloui par cette merveilleuse nouvelle, j’ai demandé à Dieu de me pardonner et de me transformer en l’homme qu’il m’avait destiné à être. Depuis ma vie est devenue tellement différente, je vis rempli de repos, je jouis d’un vrai repos dans mon âme et la véritable joie du Seigneur m’environne. »

 

Source : www.infochretienne.com

 

"Dieu créa l’homme à son image. Il les créa homme et femme et il les bénit et il leur commanda de multiplier et de remplir la terre. Je compris que j’étais un rebelle et que je combattais la volonté de Dieu au côté de Satan, en changeant mon image et en devenant transgenre et en allant contre la procréation seulement possible entre un homme et une femme."

"Dieu créa l’homme à son image. Il les créa homme et femme et il les bénit et il leur commanda de multiplier et de remplir la terre. Je compris que j’étais un rebelle et que je combattais la volonté de Dieu au côté de Satan, en changeant mon image et en devenant transgenre et en allant contre la procréation seulement possible entre un homme et une femme."

Repost 0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 16:24

Témoignage: un soldat plein d’amour

Après la bataille de Gettysburg, plusieurs centaines de soldats blessés se trouvèrent dans mon hôpital. Beaucoup d’entre eux étaient si gravement blessés que je devais m’occuper d’eux immédiatement. Certains eurent leurs jambes amputées, d’autres, le bras, et quelques-uns, les deux.

Parmi ces patients, se trouvait un jeune homme ayant seulement servi trois mois dans l’armée. C’était en réalité encore un enfant. Il était trop jeune pour être soldat, et c’est pourquoi on l’avait engagé comme "tambour".

Lorsque mon assistant et l’infirmier voulurent lui donner du chloroforme avant l’opération, il détourna la tête et le refusa catégoriquement. Quand l’infirmier insista auprès de lui disant que c’était le médecin qui l’avait prescrit, ce dernier lui répondit : " Faites venir le docteur, s’il vous plaît ! "

Je m’approchai donc de son lit en disant : " Pourquoi fais-tu cela, jeune homme ? Lorsque je t’ai ramassé sur le champ de bataille, tu étais si faible ! J’ai alors pensé qu’il ne valait pour ainsi dire plus la peine de t’emmener. Mais lorsque tu as soudain ouvert tes grands yeux bleus, cette idée m’est venue : ‘Peut-être as-tu quelque part une mère qui pense à son fils en ce moment’. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas voulu te laisser mourir sur le champ de bataille. J’ai donc donné l’ordre de t’amener ici, à l’hôpital militaire. Mais tu avais perdu tant de sang que tu étais trop faible pour supporter une opération sans chloroforme. C’est pourquoi tu devrais maintenant accepter de le prendre."

Le garçon prit ma main, me regarda droit dans les yeux, et me dit : " Vous savez, j’avais neuf ans lorsqu’au cours d’un culte pour enfants, j’ai donné ma vie à Jésus. Et jusqu’à ce jour, je lui suis resté FIDELE. Lui ne m’abandonnera pas non plus… en ces instants difficiles. Il me soutiendra pendant que vous amputerez mon bras et ma jambe. "

Il refusa également le cognac que j’avais essayé de le persuader de boire. Il me raconta que son père était mort comme alcoolique.

Et si maintenant lui-même devait, selon toute vraisemblance, mourir et entrer dans la Présence de Dieu, il ne voulait pas que ce soit avec de l’alcool dans l’estomac.

Je n’oublierai jamais le regard de ce jeune homme. A l’époque, je HAISSAIS JESUS.

Mais je respectais la fidélité que ce garçon lui témoignait.

Son amour pour Jésus toucha profondément mon cœur, et c’est ainsi que je lui demandais – chose que je n’avais jamais faite auparavant – s’il voulait parler avec l’aumônier militaire.

Le regard lumineux, ce garçon répondit par l’affirmative. Lorsque l’aumônier arriva, il reconnut immédiatement mon jeune patient.

Il l’avait souvent vu lors des réunions, au sein du régiment. Il prit sa main et lui dit : " Mon cher Charles, je suis désolé que tu sois si grièvement blessé. Puis-je encore faire quelque chose pour toi ? "

Là-dessus, le jeune homme lui demanda de bien vouloir prendre la Bible qui se trouvait sous son oreiller et dans laquelle se trouvait l’adresse de sa mère. Il le pria de la lui envoyer et de lui écrire que depuis le jour où il avait dû aller à la guerre, il en avait chaque jour lu un passage, et qu’il avait demandé régulièrement à Dieu de bénir sa maman.

" Y a-t-il peut-être encore autre chose que je puisse faire pour toi, mon garçon ? ", demanda l’aumônier. " Oui, écrivez aussi une lettre au président de mon église, à Brooklyn – New York, s’il vous plaît, et dites-lui que je n’ai pas oublié son amour fraternel, le bon enseignement qu’il nous a apporté et les prières de son église. Que Dieu le bénisse également. – C’est tout. "

Puis il se tourna vers moi et dit : " Maintenant, je suis prêt. Je vous promets de ne pas crier pendant que vous m’amputerez mon bras et ma jambe.

" C’était pour moi, en tant que médecin, une terrible situation. Lorsque j’en fus à la phase du détachement de son os, le garçon prit un coin de son oreiller dans la bouche, et je l’entendis dire doucement tout en gémissant : " Jésus, mon Seigneur, sil te plaît, aide-moi ! "

Cette nuit-là, je ne pus dormir. Je voyais toujours devant moi les yeux bleus de mon jeune patient. Ses paroles résonnaient encore à mes oreilles : " Jésus, mon Seigneur, s’il te plaît, aide-moi ! "

Finalement, je me levai et retournai dans la salle de récupération des malades. J’étais convaincu que le jeune homme était mort entre-temps. " Non ", dit l’infirmier, " il dort très paisiblement, comme un enfant. " Et alors, l’une des infirmières raconta que deux chrétiens lui avaient rendu visite, qu’ils avaient chanté et prié avec lui. L’aumônier militaire avait aussi été présent, et Charles avait même chanté avec eux.

Je n’arrivais pas à comprendre comment cela avait été possible. Il avait dû surmonter des douleurs incroyables et devait certainement encore souffrir terriblement.

Cinq jours plus tard, le jeune "tambour" me fit appeler, et me dit : " Docteur, ma dernière heure est venue. Je sais que je ne verrai plus le prochain lever du soleil. Je suis prêt à faire mes adieux. Mais avant de mourir, je tiens à vous remercier de tout cœur pour tout ce que vous avez fait pour moi. Je sais que vous êtes Juif.

Ce Jésus auquel je crois de tout mon cœur vient de votre peuple.

Restez, s’il vous plaît, près de mon lit jusqu’à ce que je m’en aille vers lui. "

J’essayai de rester, mais ne le pus. Je n’avais pas le courage de voir mourir un être qui croyait à ce point à Jésus. On m’avait appris à haïr ce Jésus.

Je quittai donc la chambre rapidement et allai m’asseoir dans la pièce voisine. Environ 20 minutes plus tard, un infirmier s’approcha de moi et me demanda de venir encore une fois auprès de Charles.

" Mais je viens justement d’aller le voir ", répondis-je. " Oui, Docteur, mais il dit devoir encore vous parler avant de mourir. "

Je retournai donc vers lui. J’avais prévu de lui dire encore une parole encourageante, mais de ne pas non plus me laisser influencer par la moindre remarque à propos de Jésus.

Une fois au chevet de son lit, je vis que sa fin était vraiment très proche. Il prit alors ma main et me dit :

"Je vous aime, Docteur, parce que vous êtes Juif.

Le meilleur ami que j’aie trouvé en ce monde, est Juif : c’est Jésus-Christ.

Je désire vous conduire à lui avant de mourir. Voulez-vous me promettre de ne jamais oublier ce que je vous dis maintenant ? " Je le lui promis et il poursuivit : " Lorsque vous m’avez amputé de mon bras et de ma jambe, il y a cinq jours, j’ai prié mon Seigneur de venir dans votre cœur. "

Ses paroles me touchèrent profondément. Comment pouvait-il, au milieu de tant de douleurs, penser à son Jésus et à moi qui ne voulais rien avoir à faire avec ce Jésus ? Je ne pus rien dire d’autre que ceci : " Mon cher garçon, tout ira bientôt mieux pour toi. " Puis il mourut.

Je pris part à son enterrement, chose que je n’avais pas coutume de faire habituellement. J’avais vêtu Charles d’un nouvel uniforme, avant de le mettre dans un cercueil d’officier. J’étais alors pécuniairement riche. Mais j’aurais volontiers sacrifié chaque centime de ma fortune si j’avais pu, à la place, aimer Jésus comme Charles l’avait aimé.

Je luttai ensuite pendant dix ans contre Christ, avec toute la haine que je pouvais manifester en tant que juif orthodoxe. Puis, la prière du "tambour" fut exaucée.

Environ dix-huit mois après avoir donné, moi aussi, ma vie à Jésus lors d’une réunion de prière à Brooklyn, je me trouvais alors dans une autre réunion pendant laquelle une femme âgée s’est levée en disant :

" C’est peut-être la dernière fois que je peux rendre mon témoignage. Je vais bientôt revoir mon garçon au ciel. Il n’a pas seulement été un combattant pour sa patrie, mais s’est aussi engagé comme soldat pour son Sauveur Jésus-Christ. Blessé à Gettysburg, il fut opéré par un médecin juif. Mais il est mort cinq jours après l’opération. L’aumônier militaire m’écrivit une lettre et m’envoya sa Bible. La lettre mentionnait que Charles avait dit au médecin avoir prié pour lui pendant l’opération, afin qu’il donne un jour sa vie à Jésus ! "

Lorsque j’entendis le rapport de cette femme, je ne pu rester insensible à ma place. Je me levai, traversai la salle, pris la main de cette femme et lui dis : " Dieu vous bénisse. La prière de votre fils a été exaucée. Je suis le médecin juif pour lequel votre fils a prié.

Son Sauveur est maintenant aussi le mien ! "

Source : http://7espoir.wordpress.com

Repost 0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 07:39

Rien n'est impossible à Dieu. Mais le plus grand des miracles est la conversion du coeur de pierre que Dieu en Jésus change en coeur de chair. Gloire à Dieu!

Repost 0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 07:31

Le standard de Dieu n'est rien de moins que la perfection. Et si vous n'êtes pas en Christ, vous ne correspondez pas au standard. Si vous n'êtes pas en Christ, vous pouvez donner tout votre argent aux oeuvres caritatives, Vous pouvez faire toutes ces choses, vous pouvez faire toutes ces oeuvres, vous pouvez être dans l'église 24h/24 et 7jours/7, mais ça ne vaut rien. Vous devez être en Christ pour correspondre au standard de Dieu! Source: http://illbehonest.com

Repost 0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 14:53

Khalil (Egypte) Khalil a commencé à mémoriser le Coran à un très jeune âge et a développé ce qu'il a appelé un amour pour la Parole de Dieu. En grandissant, il a commencé à lire des livres sur l'Islam et sur l'interprétation du Coran... Après avoir lu la Bible entièrement et comparé ce qu'il avait lu avec de nombreux livres islamiques, Khalil s'est étonné de découvrir que les textes de la Bible n'étaient ni inexacts ni corrompus.

Repost 0
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 12:14

Né dans un quartier à Montreuil, à l'est de Paris, c'est à l'âge de 9 ans, lors du décès de son grand-père, que Guillaume Bourin s'interroge pour la première fois sur la mort et sur ce qu'il y a après. Ne trouvant pas de réponses, un combat intérieur nait en lui entrainant un comportement difficile à l'école et avec ses parents. Consommateur de drogue dès l'âge de 15 ans, il devient très violent, même avec sa famille et à 19 ans, quitte son foyer pour vivre complètement de la drogue comme revendeur. Arrêté par la police, Il se retrouve en prison...

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 08:40

Umar

 

Le pasteur Umar Mulinde est une personnalité bien connue en Ouganda, notamment en raison de sa conversion au christianisme après avoir été cheikh musulman. En 2011, le pasteur et un groupe de dirigeants religieux envoient au Parlement une pétition demandant la suspension provisoire de la loi sur le droit individuel du musulman, qui prévoit la création de tribunaux islamiques en Ouganda. Après avoir été victime d’une attaque à l’acide, il essaie actuellement de se remettre de ses blessures en Israël. A l’inverse de son corps, son esprit n’a pas été brisé.

 

Un chapeau de cowboy enfoncé sur la tête et un masque compressif de couleur chair cachant ses cicatrices, Umar Mulinde se déplace avec précaution à travers le hall d’un hôtel de Tel Aviv, protégé du soleil de plomb israélien. Une extrême fatigue l’assaille quand il s’assoit finalement après s’être rendu à l’hôpital Sheba, où il va quotidiennement se faire soigner pour les profondes brûlures d’acide qui ont laissé des marques sur la partie droite de son visage.

 

Il est difficile de croire qu’il s’agit du même homme que l’on voit dans des clips de YouTube en train de prêcher avec énergie dans son Ouganda natal. Mais tout change quand il se met à parler avec une conviction inébranlable.

 

“Ceux qui m’ont fait cela pensaient servir Dieu. Mais je suis désolé pour eux et je leur pardonne, parce qu’ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient.”

 

Attaque à l’acide

 

Umar Mulinde est attaqué à la veille de Noël 2011, à la sortie de l’église pentecôtiste Gospel Life Church International, où il est pasteur, et juste en face d’un bureau de police à Namasuba, à 10 kilomètres de Kampala. Deux assaillants s’approchent de lui et lui jettent de l’acide au visage.

 

“J’ouvrais la portière de ma voiture lorsque l’un d’eux m’a versé un seau d’acide sur la tête, se rappelle Umar Mulinde. “J’étais en feu de la tête aux pieds.”

 

Alors qu’il s’effondre, le second assaillant lui verse de l’acide sur le dos. L’acide qui rate Mulinde fait un trou dans la carrosserie de sa voiture, témoignage de la puissance du produit. La dernière chose dont se souvient Umar Mulinde sont les mots “Allah Akbar” (Allah est grand) que prononcent trois fois ses assaillants. Le pasteur se dit qu’il va mourir.

 

Fatwa

 

Il n’en est pas à sa première attaque. Agé de 38 ans, Umar Mulinde est une personnalité connue en Ouganda, notamment en raison de sa conversion : ancien cheikh musulman, petit-fils d’un imam, il s’est converti au christianisme le dimanche de Pâques 1993.

 

Dès lors, dit-il, même ses propres frères ne le saluent plus dans la rue.

 

Mais ce n’est que lorsqu’il dirige un groupe de dirigeants chrétiens qui adressent une pétition de 360.000 signatures au Parlement et qu’il réussit à obtenir la suspension provisoire du projet de loi sur le droit individuel du musulman en avril 2011 qu’une fatwa est émise à son encontre.

 

La loi sur le droit individuel du musulman vise à mettre en œuvre l’article 129 de la Constitution ougandaise qui prévoit la création de tribunaux islamiques en Ouganda pour gérer les questions des musulmans selon la charia.

 

“Nous avons même prévenu le gouvernement que s’ils le faisaient et continuaient dans ce sens, nous les poursuivrions,” dit Mulinde d’une voix passionnée, tout en ajustant les lunettes sombres qui protègent son unique “bon” œil. Les médecins n’ont pas pu sauver son autre œil. “Nous voulons les traîner devant le tribunal car si l’Ouganda compte 85% de chrétiens – et nous n’avons jamais demandé à avoir des lois chrétiennes dans la Constitution – comment pouvez-vous inscrire des lois musulmanes dans la Constitution ? La Constitution établit que l’Ouganda est un Etat séculier.”

 

Plus d’un an plus tard, le Centre ougandais musulman pour la Justice et la Loi (UMCJL) essaie une fois encore d’accélérer la légalisation des tribunaux islamiques, qui opèrent actuellement de manière impromptue

 

Le président du UMCJL, Jaffer Senganda, qui connaît personnellement Mulinde, confie à Radio Nederland ses doutes sur l’implication musulmane dans l’attaque de Mulinde. Il affirme que l’opposition chrétienne en Ouganda craignait que les tribunaux islamiques appliquent une juridiction pour les affaires criminelles, ce qui n’était pas le cas.

 

Confronté avec cette déclaration, Mulinde rétorque en disant que les craintes de la population chrétienne étaient fondées sur l’exemple nigérian. “Ils disaient : c’est pour les musulmans, mais en fin de compte ils l’appliquaient pour tout le monde.”

 

Il croit que les tribunaux islamiques légaliseront uniquement le type de poursuites de crimes dont il a souffert.

 

Espoir

 

“Il a encore du chemin à faire”, constate le porte-parole de l’hôpital Sheba, David Weinberg,” mais son histoire est de celles qui nous touchent beaucoup”.

 

Bien que Mulinde fût éduqué dans la haine d’Israël en tant que musulman, il dut changer son cœur quand il s’est converti au christianisme. Il a mené plusieurs groupes de pèlerins ougandais en Terre Sainte et s’est fait des amis dans la communauté juive. L’unité des grands brûlés de l’hôpital Sheba, qui a traité de nombreuses victimes d’incidents terroristes, le soigne à titre gratuit.

 

Haik Yosef, le médecin qui soigne Mulinde, affirme que les dommages physiques de Mulinde sont “sévères et profonds”, mais le pronostic est bon.

 

Certains patients sombrent dans la dépression après avoir eu des petites cicatrices. Mais dans le cas de Mulinde, ses brûlures graves ne vont pas changer son caractère ni la perception qu’il a des choses. Je pense qu’il s’en sortira bien.”

 

Par ailleurs, l’attaque n’a pas dissuadé Mulinde : il continue à combattre la création des tribunaux islamiques, et il continuera sa campagne sur le terrain dès son retour en Ouganda, prévu dans quelques mois.

 

Mais d’ici là, il doit encore subir plusieurs greffes de peau et quelques interventions chirurgicales.

 

Source : http://www.senenews.com

 

Repost 0
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 08:23

Umar.jpg

 

Umar Mulinde portant ce masque spécial made in Israël favorisant une bonne cicatrisation pour les greffes de peau, suite aux jets brûlants d’acide au visage.

Umar Mulinde est un ancien musulman devenu chrétien, pasteur d’une église évangélique à Kampala… « sur la route d’Enttebe ». Pour être sorti de l’Islam – son père est l’imam local – et pour aimer et soutenir Israël, Umar a été agressé violemment par des musulmans décidés à le tuer. Aux cris de « Allah Akhbar », ils l’ont aspergé d’acide ! C’était le 24 décembre 2011.

De Jérusalem,

Transporté d’urgence à l’hôpital chrétien de Kampala, il fut mis en danger à nouveau par un faux médecin tentant de l’empoisonner. Encore une fois, il fut sauvé in extremis, et évacué en Inde. Mais là aussi, les musulmans étaient présents, désirant sa mort. C’est ainsi que Umar demanda à être soigné en Israël – il est actuellement à l’hôpital Tel hashomer de Tel-Aviv, et ses frais sont pris en charge par l’Etat hébreu.

Un long et minutieux travail commença pour les docteurs israéliens. Il fallait reconstruire le visage – les lèvres, le nez qui avaient comme fondu. Son visage était une plaie ouverte. L’oeil droit était mort, il fallait sauver le gauche. Le plus terrible est que l’acide continue à faire son oeuvre de destruction en profondeur, s’attaquant à l’os. Puis, après quelques greffes de peau pour remplacer celle qui n’existait plus, les chirurgiens s’aperçurent, hélas, que seul 40% des greffes prenaient. Il fallait donc les refaire, au risque d’un arrêt cardiaque. Avec son épouse, Umar n’en pouvant plus, cria à D.ieu… Le lendemain, miracle ! les médecins ne comprenaient pas : les greffes avaient toutes prises, à 100%.

Umar Mulinde à l’hôpital de Tel-Aviv

Shabbat dernier, nous avons pu entendre Umar à Jérusalem de vive voix, témoigner de sa foi et sa terrible expérience. Son message est aussi d’avertir le monde occidental de la gravité de la situation avec la menace de l’Islam conquérant. Umar a compris que D.ieu lui donnait la mission comme ancien musulman de dire au monde l’urgence d’une réaction saine de la part de l’Occident :

« Quand j’étais un musulman, je haïssais Israël. Je ne sais pas pourquoi. C’était comme ça. Je ne savais rien au sujet d’Israël – même pas cela se trouvait sur la carte. Mais après que je sois devenu chrétien, j’ai aimé la lecture de la Bible, l’Ancien et le Nouveau Testament, et j’ai vu des phrases comme ‘le Dieu d’Israël’ et ‘le peuple d’Israël’ sans cesse répétées dans les Écritures. Qu’est-ce que cela signifiait ? »

« En tant que musulman, j’avais une approche très légaliste de la vie, j’ai fait des choses non par amour mais par crainte d’Allah. Je n’avais pas la paix intérieurement, et j’étais comme prisonnier. J’ai fait des choses non par ma volonté, mais parce qu’on me disait de les faire. En tant que musulman, je pensais qu’il fallait tuer les infidèles, mais maintenant que je suis chrétien, mon coeur est rempli d’amour. La puissance qui me motive, c’est l’amour de Dieu et l’amour pour Israël. L’esprit qui habitait en moi auparavant a disparu, et à présent je peux dire que je suis une nouvelle personne ».

À l’Occident : « Cessez de faire des compromis avec l’Islam ! »

Umar Mulinde a réussi par ses actions et avec le concours de ses amis chrétiens à faire barrage à la promulgation de la Loi de la sharia au sein même de la Constitution de l’Ouganda ! L’an dernier, Umar a sponsorisé une conférence avec 5.000 pasteurs au stade de Kampala, pour parler d’Israël. Il a fait une pétition et a recueilli 360.000 signatures en Ouganda, ce qui a stoppé l’établissement de tribunaux islamiques en Ouganda. Les musulmans ont alors émis une Fatwa (une condamnation à mort) contre lui.

Avec seulement 12 % de musulmans en Ouganda, le reste de la population étant chrétienne, la sharia a failli devenir la loi du pays. L’on sait que du temps du « raid d’Entebbe » en 1976, sévissait le tyran ougandais musulman Idi Amin Dada. La libération par le commando israélien des passagers du Boeing détourné par les Islamistes a contribué à le faire tomber. Durant son règne sanguinaire, des centaines de milliers d’Ougandais ont été assassinés, dont une majorité de chrétiens.

Aujourd’hui, l’Ouganda est déclaré « pays islamiste »… avec 12 % de musulmans ! Le message de Umar Mulinde est clair, il concerne l’Europe et tout l’Occident qu’il estime en danger de mort. L’action des musulmans, selon Umar, se produit systématiquement à tous les niveaux : religieux, économique, politique – pour notamment introduire la sharia dans la Constitution – et bien sûr au niveau des médias.

« L’islam n’est pas une religion de paix… C’est le monde entier qu’ils veulent conquérir… Nous (en tant que chrétiens), ne combattons pas les musulmans, mais l’esprit de l’Islam qui est derrière… Attention, D.ieu n’a pas seulement besoin de vos prières, Il se sert de vos bouches, de vos jambes… Après la prière, il faut l’action ».

Retourner en Ouganda auprès des siens

Malgré les menaces de mort qui pèsent sur lui de la part des Islamistes en Ouganda, Umar – 38 ans – a la ferme intention de revenir dans son pays pour être avec sa famille et ses six enfants âgés de 14 à 3 ans. Il rend grâce à Israël de l’avoir sauvé, et encourage l’Etat hébreu à rester ferme dans sa politique vis à vis de ses voisins arabes, sachant combien le monde islamique ne supporte pas la résistance de ce petit pays, demeurant la seule démocratie dans un Moyen-Orient islamisé.

Il reste pour Umar trois interventions chirurgicales à subir, devant se faire dans les trois prochains mois. Il dit : « Je n’ai pas de compte en banque, mais j’ai un compte de prières ». Ayant une grande confiance dans les docteurs israéliens, Umar compte aussi et surtout sur le grand D.ieu d’Israël, et sur la prière pour sa guérison complète.

Faisons monter pour Umar et sa famille des prières pour une protection particulière, qu’ils soient gardés et bénis, car « Celui qui bénit Israël est béni » – Genèse 12:3.

Auteur : Gérard Fruhinsholz

http://www.shalom-israel.info/

 

Repost 0
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 10:25

Prier2

 

par David Wilkerson

La femme d'autrui chasse après l'âme précieuse.”(Proverbes 6:26 v Darby)

 
La femme adultère dont il est question dans ce verset représente Satan. Il chasse ceux qui sont précieux pour Dieu.
 
Le Malin tente de séduire tous ceux qui ont faim du Seigneur. Pourquoi crois-tu être autant mis à l'épreuve ? Tu auras peut-être toute une vie d'épreuves, mais ce n'est pas parce que tu es mauvais. Non, c'est parce que Satan sait combien tu es précieux aux yeux de Dieu, et c'est après cette vie précieuse qu'il en a !
 
Pendant une mission d'évangélisation sur la Côte Ouest, j'ai rencontré un jeune homme qui était un sorcier. En fait, il était le chef d'une congrégation de sorciers. Et même si ce jeune homme était très impliqué dans les sciences occultes, il ne croyait pas que Satan ou ses démons puissent le posséder un jour.
 
Une nuit, alors qu'il essayait de dormir, il a vu d'horribles faces démoniaques tourner au niveau du plafond de sa chambre à coucher, regardant vers lui. Quand ils ont commencé à se rassembler tel un nuage et à former une sorte d'entonnoir, le jeune homme a réalisé qu'ils allaient venir dans son cœur.
 
Il était pétrifié. Et puis, il s'est rappelé quelque chose qu'il avait entendu dans son enfance et il a crié : “Dans le nom de Jésus, partez!” Et tous les démons ont disparu.
 
La nuit suivante, ces forces sont venues en plus grand nombre..... 

 

LA SUITE EST EDIFIANTE. CLIQUEZ ICI

 


Repost 0